Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 février 2010 1 08 /02 /février /2010 16:38

l-envers-du-spectacle--copie-2.jpg

Repost 0
Published by La Chaufferie de langue - dans stage de réalisation
commenter cet article
26 janvier 2010 2 26 /01 /janvier /2010 19:53
 

 

Ratures.

Dés le départ de la retraversée. Les mots débuts, passés dépassés.

Reste.

Rue 1814  et ses coups de feux.

Entre

Pas grand chose, une descente

d'un lieu vers l'autre:

Et me voici à « l'entretremps »

le temps d'un café.

 

Lieux de passages du temps qui file en wagons.

Des pas perdus, des voix métalliques, les corps se croisent

Corps projetés en lignes droites, d'un lieu l'autre.

Des hommes des femmes, des femmes des hommes

des hommes/femmes des femmmes/hommes

et des enfants toujours en devenir

Et puis cette plaque aux agents de la Cie du Midi

avec leurs remerciements 14/18

                                          39/45

                                          Algérie

                                          Maroc

                                          Indochine

 

D'un lieu l'autre :

Bouche de métro des Carmes

Voie lactée de papiers flambés cramés collés reliés,

Noir des feuilles trouées, d'écrits glacés, marbrés

Défilé des escaliers:

Des traces de pas se glissent

Sous la glissière des escaliers

Des traces de pas

Ecrits

 

D'un lieu l'autre :

Appuyer sur le parapet

Balade de l'oeil, changer de points de vue

Je deviendrai....

Mes yeux les lignes

Lignes d'oiseaux sur l'eau, lignes d'eau

Lignes du parapet sur mon corps

Regards mesurant les écarts des lignes, des lieux

 

Le ciel prêt à se déverser

Sur l'eau des mouettes, des canards

 

Le goéland n'est pas le mâle de la mouette    comme

Le crapaud n'est pas le mâle de la grenouille

Il faudrait le dire, le gueuler un bon coup !

Appuyer tranquille sur le parapet battu de vent.

Un Chevalier Guignette, longe le quai

Il s'agite comme un reflet d'eau et s'envole

Avec des ailes en forme de faux.

 

 

 

D'un autre lieu :

Un hotel Dieu, ma foi pourquoi pas?

Des escaliers de pierres des mains courants le fer

Un silence d'écriture,

Un vaste espace ou derrière une baie vitrés le cormoran fait le guet.

 

Le dernier lieu:

 

Au sortir de l'hotel Dieu

C'est tout de suite l'empêchement

De continuer  de cheminer

Mais empêchement n'est pas perdus

Arrêt, suspention, déroute,

repli - plié sur soi

Empêchement de soi à soi

Les lieux empêchant quoi?

 

Empêchement:

Cailloux dans la chaussure

grain de sable dans l'engrenage.

 

 

Marcel Grange

Repost 0
Published by La Chaufferie de langue - dans sentiers d'écriture
commenter cet article
26 janvier 2010 2 26 /01 /janvier /2010 10:51
 

 

Va, emprunte le sentier et donne de tes nouvelles !

   Qui s’exprimait ainsi ? Je ne sais. Certainement un ancien, un sage, une personne encourageant un ami, un parent, un apprenti, à se rendre où ? Mystère ! Et j’ignore concrètement à qui cette injonction s’adressait. Je l’ai entendue par hasard à l’entrée de la station SNCF du Métro, je me rendais à Jolimont ; réceptif je l’ai  saisie au vol ! Mais j’ignore de quel sentier il était question. En ville on trouve des allées, des avenues, des boulevards, des cours, des rues, des voies, des impasses, des venelles, des ruelles, des cheminements, des passages ; rarement des sentiers. Celui auquel je pense ne peut-être borné d’abris bus, il ressemble plutôt à une piste, où seule une observation attentive des traces d’invisibles prédécesseurs révèle la direction : une piste devenue un sentier ouvert sur les portes du voyage ! En partance pour l’équilibre, je le cherche chaque jour lors de mes déplacements, dans l’espoir de le découvrir là où passé et futur font racines et fenaison. Là autour des moments présents. je le cherche parmi les fragments divers, éclatés, éparpillés, en fouillis en moi ; puis redécouverts par une élaboration lente, tâtonnée, souvent recommencée. Je le cherche, sur quelques parcelles parmi les milliards de lieux de notre univers. Je le cherche là où je vois, j’entends, je sens, je perçois, j’imagine le Monde. J’aime débusquer les sourires d’avenirs pour les partager.

 

   En avance sur mon rendez-vous, je m’installe ‘Salle des pas perdus’, que j’appelle ‘ Salle des carrefours’ ou ‘Salle des sentiers battus’. J’espère entrevoir le début du sentier que j’imagine.

   Face  à l’entrée, sur le panneau des départs, s’affichent les horaires. L’attention des voyageurs est sollicitée par les roulements de cliquetis du changement de lettres et de chiffres.

   A côté sur un écran électronique, défilent des informations : « Bienvenue à la Gare Matabiau. Grippe H1 N1 : le Ministère de la Santé communique…en cas de fièvre… consultez votre médecin… » La presse par gros titres, disserte sur « Que veut dire être français ? » Tout est ordinaire. Le noir des vêtements impose la couleur dominante de l’hiver. Au rythme des annonces, surgissant de partout : valises à roulettes, talons hauts, baskets et chaussures de ville, par petits pas de danse, esquissent des ballets.

   Passe une patrouille en tenue de combat.

   Un garçonnet en manteau et bonnet rouge, se cache dans la forêt des pas perdus, s’amuse des recherches et appels de sa sœur.

   Un jeune couple sur une banquette. Elle, blottie contre lui, le caresse et dépose un baiser sur sa tête aux cheveux ras. Lui, fuyant du regard la pendule du départ, s’immerge dans l’intimité.

   Au milieu du hall, entre deux grandes portes vitrées, sont gravées, sur des plaques de marbre, les vies arrêtées de 500 cheminots morts à la guerre de 14-18 et de 50 morts à celle de 39-44. Sur la façade du côté de la rue, une plaque commémorative honore les cheminots combattants pour la Libération de Toulouse le 18 Août 1944. Plus haut, sur le fronton du bâtiment, construit en 1905 est inscrit : « Compagnie des Chemins de Fer du Midi ».

   Au-dessus, enchâssée dans le mur, une grosse horloge rappelle les horaires.

   Tout en haut, à hauteur des toits flotte, attaché à sa hampe, l’emblème-symbole de la Nation, née au cours des temps, elle n’a pas toujours été et n’est pas pour toute éternité. Elle fut défendue des occupants, non pour les trois couleurs couchées sur l’étoffe, mais pour les trois principes : liberté, égalité, fraternité, dans l’espoir qu’ils rayonnent sur un territoire sans frontière.

   Attentif aux traces des invisibles prédécesseurs, je lis ce que ceux-ci ont écrit sur l’écran électronique : « Bienvenue à la gare Matabiau. Le personnel de la ‘Compagnie de Voyageurs de toutes Nations’, vous souhaite un bon voyage.         Ce 30 décembre le jour gagne une minute sur la nuit ».

 

‘Salle des pas perdus’ roulettes, talons hauts, baskets et chaussures de villes cessent leurs ballets, chaperon rouge tient la main de sa sœur, quittant leur banquette refuge, elle et lui s’enlacent  de « bientôt ». Tous vont, compostent leurs billets, empruntent passages souterrains et escalators puis attendent sur les quais leur voie annoncée.

 

Moi, je ne vais pas sur le quai.

   Sur une vieille enveloppe,  j’écrie pour consolider ma mémoire, ce qu’en ce moment je perçois : Arrive du côté quai, une grande dame. La  douceur du visage dit son âge avancé. Le regard sa sagesse. Cheveux  grisonnants retenus par une fine lanière de cuir. Vêtements usés. Sandales fatiguées. Sac de plastique multicolore. Sans valise. Voyageuse discrète. S’efface salle des pas perdus, va, je ne sais où ? Il me semble l’avoir déjà croisée, ou simplement rêvée !

  Au sujet de la recherche de sentier je rajoute une réflexion : Chercher au pif je ne sais quoi, le nez au vent, croire au hasard, ou espérer un miracle, reste aléatoire et fatiguant. S’il y a des traces, où mèneront elles, que laissent-elles supposer ? L’enthousiasme du feu follet s’effrite.

 

    Lentement je replie ma vieille enveloppe annotée et part rejoindre mes amis.

 

  Nous avons rendez-vous au croisement de la rue du Libre Echange devant le salon de coiffure « Elle et Lui », un peu avant la rue de 1814, entre Jolimont et la gare. Nous devons préparer les fêtes de fin d’année. L’air frais m’invite à m’y rendre à pied.

  A hauteur de la Médiathèque José Cabanis, un jeune homme qui observait les jalousies de la façade côté sud-ouest, m’accoste.

   - Bonjour monsieur, excusez-moi, savez-vous sur quel emplacement a été construite la Médiathèque ?

Surpris, mais gourmand de conversations, je décide de prendre mon temps; mes amis sont toujours en retard à nos rendez-vous.

   - Oui ; c’était pendant des années une zone sans affectation bien précise, laissée après la démolition en 58 de l’ancienne Ecole Vétérinaire. A la même époque, à Toulouse, on refaisait le pont Saint-Michel. L’actuelle Ecole se trouve Chemin des Capelles.

   - Pas n’importe quelle année. Mon père m’a souvent parlé de la guerre en Algérie et du 13 Mai 58, De Gaulle… etc.

Il marque un court silence, puis reprend.

   - Je regardais les effets du soleil voulus par l’architecte, et je faisais la comparaison avec la façade nord-est de l’Institut du Monde Arabe à Paris, inauguré en 87. Le système, qui devait modifier à chaque changement d’heure l’orientation des moucharabiehs, fonctionne mal. Ici c’est le soleil qui change les couleurs de la façade. La technique aurait-elle des limites ? Ou, peut-être que le soleil est plus sûr ? Conclut-il avec un sourire taquin.

Son esprit piqua ma curiosité. J’avais remarqué son foulard avec l’écusson rouge et noir du Stade Toulousain, mais pas son pantalon noir de velours côtelé, pincé à la hauteur des chevilles et le long de la cuisse tel un fourreau, la poche étroite du mètre. Certainement un compagnon charpentier ouvert sur le monde d’aujourd’hui, supporter de notre équipe de rugby, ma curiosité augmente.

   - En ce qui concerne, je précise, l’Ecole des  vétos et les soins aux animaux, à Toulouse les éboueurs n’utilisent plus de voitures hippomobiles depuis la fin des années 50. Aujourd’hui les vaches n’ont plus de cornes et les chats ne chassent plus, on leur offre l’obésité en remplacement.

   - Vous n’aimez pas les bêtes ?

   - Si ; mais on pourrait multiplier les exemples pour dire que les métiers changent peut-être plus que les écoles ? C’est l’histoire mouvementée entre une caisse à outils et une valise de livres ! Dans l’éclatement général que nous vivons, chacun  veut labelliser le morceau de monde qu’il a récupéré. C’est le cas de l’Université, elle est par exemple, tour à tour : Populaire, du Troisième Age, du Temps Libre, de Tous les Savoirs, d’Eté du PS, de l’UMP, les Cafés sont Citoyens, Philosophiques, Géographiques. Eduquer, diffuser, partager les savoirs, chacun se dit spécialiste sur sa parcelle !

Il m’interrompt.

   - Vous êtes amer, ou pessimiste je ne sais pas. Personnellement je vois les choses différemment.

   - Oui, comment ?

   - Sans être un intellectuel, ni un grand lecteur, je constate comme vous,  que la concurrence et les rivalités existent dans tous les domaines. Mais en ce qui concerne les rapports entre la caisse à outils et le sac à livres, il y a quelque chose que vous oubliez : la méthode dite « la main et le cerveau », celle qu’on utilise pour unir des pièces de bois. Je vous l’explique façon artisanale.

   D’abord dessiner l’objet que l’on veut réaliser : dans votre cas définissez mieux ce que vous cherchez.

   Choisir les systèmes d’assemblage relever le nombre et les dimensions des pièces ; pour vous, rendez perceptibles les indices que vous avez, regroupez les, puisez dans vos notes.

   Choisir l’essence du bois, chêne, merisier, tilleul, robinier, ou modeste peuplier : ne pas choisir par principe les essences d’apparences.

   Tracer, au gros crayon, les pièces à débiter, éviter les nœuds, supprimer l’aubier, respecter le fil du bois, et d’un ton affirmatif pour capter mon attention, il dit : c’est là que commencent les difficultés, ‘la main et le cerveau’ ne peuvent plus se séparer.

   Son rythme de parole s’accélère et se fait plus profond, comme le souffle du sprinteur. Il enchaîne par petites phrases …

   Manier la scie à refendre et longer le tracé.

   Dégauchir avec le riflard et la varlope, dans le sens du fil.

   Tracer les assemblages.

   De mains fermes tenir bédane et maillet, mortaiser.

   Positionner son corps, poignée souple et assurée,

   Auriculaire replié contre la lame,

   Guider la scie avec précision et sans hésiter

   Couper les traits en deux pour tenonner et araser.

   C’est fait il suffit d’assembler.

… pour conclure : les techniques, les outils évoluent et les machines prolongent les mains, de même que les couleurs, les goûts changent et vous avez raison, chacun veut grossir sur son pré carré. Mais l’action commune de la « main et du cerveau » est ce qu’il y a de mieux pour construire le monde. Ce n’est pas une question d’école, mais de savoir en construction.  Le trait tracé, en prévision de la forme voulue, puis pourfendu sur toute sa longueur est le résultat du travail pensé et de la pensée travaillée. C’est vrai en Mongolie comme en Afrique.

 

   Arrivés au croisement Bernard Ortet, malgré mon vif désir de poursuivre notre bout de chemin et d’engager la discussion sur les conditions de travail, le capital, la finance, le patrimoine culturel… nous nous sommes séparés.

Pris au dépourvu par la spontanéité de nos échanges, l’aventure s’est arrêtée, sans que nous ayons eu la présence de communiquer nos mails.

 

   Enfin, rue du Libre Echange, là où mes amis m’attendent pour préparer le réveillon du nouvel an. Ils habitent rue de 1814, date de la dernière bataille de l’Empire, avec d’un côté Napoléon 1er, et de l’autre une coalition anglaise, espagnole et portugaise. Aujourd’hui est dressée au cimetière Terre Cabade un obélisque en souvenir des Braves morts pour la Patrie.

   Le drapeau, la nation, les morts pour la libération, tous ces ‘mots traces’ je les frotte avec l’idée de savoir en construction, dite de la « main et du cerveau ». Je m’en amuse intérieurement, là où en moi de multiples sentiers se croisent. Là où se trouve depuis longtemps ton souvenir d’Emilio, le grand-père italien de mon amie.

  Jeune journalier agricole, embauché à la journée, sans garantie de travailler le jour suivant, encore moins de percevoir les indemnités chômage, marié au début de 1915 l’année de tes 23 ans. Quelque temps après tu déchiffres, mots par mots ta feuille de mobilisation et part sur le front. Tu n’es pas au pays quand ta femme met au monde votre fille aînée. Quatre ans plus tard, armistice de la grande boucherie. La paix, les médailles, les émotions, la fierté des héros, les pensions de reconnaissance et l’espoir de « plus jamais ça ».  Toi, le soldat au passé invisible, tu dors à même le sol et, dans un cri de possédé, brusquement hurles « À l’assaut ! A l’assaut ! » Même avec le temps, tu continues de ne confier les violences vécues qu’à tes cauchemars. Tu fais du vin ton ami et de tes proches des ennemis à combattre. Epuisé, isolé en maison de retraite, recroquevillé dans ton lit, tu balbutie en silence tes dernières larmes. Je laisse les miennes inonder mon âme. Tu as 80 ans en cette année 1971. Au fond du tiroir de ta table de nuit une lettre récente, non ouverte. Espoir de lire ton premier et ultime écrit ? Non ! Le Ministre des Anciens Combattants te décore pour des actes de bravoure. Soixante ans après ! Soixante ans de cris étouffés, de pensées non partagées. Soixante ans d’existence invisible.

   De toi Emilio j’ai découvert les traces, de ta présence invisible, elles sont l’émotion de l’homme que je suis.

   Le vent, la pluie, la terre, le soleil, les arbres, les fleurs t’accompagnaient dans ton dur travail de paysan sans terre. Tes mains savaient tenir avec assurance les outils de ton métier, tu savais lire la nature. Mais on t’a mobilisé pour être un guerrier. De ta main ensanglantée, prolongée par le poignard tu as percé la poitrine de l’ennemie. Tu as gardé en toi ce corps à corps de regards effrayés. Tu ignorais la puissance de destruction et la folie guerrière, comme je ne sais évaluer celle amplifiée d’aujourd’hui. Le souffle des bombes  n’est pas le souffle de notre origine. Toutes les nuits pendant des années tu as étouffé en toi celui de la vie. Comme toi, on m’a appris que l’homme, chef viril doit se prémunir de la sensiblerie. Une ânerie que ce raisonnement. Etre homme c’est faire partie d’une chaîne de paternité, non de guerrier. Dans ton regard j’ai perçu l’intensité de ce dialogue sans parole, tu as stimulé ma pensée, j’aurais aimé t’écouter, écouter la longue  et patiente construction de l’humanité. Au fond de moi tu es devenu un de mes grands-pères, tu m’as fait un de tes héritiers, moi l’étranger à ton pays.

 

  C’est le dernier jour de l’année, tu aurais aimé boire avec mes amis pour les moissons, les battages, le blé engrangé, nous trinquons aujourd’hui à la réussite de nos ‘pourquoi travailler’ ?  Et que ne soit plus jamais bafoué enfant, femme, homme. Puis nous adressant nos vœux personnels déposés sur un tapis d’Orient par St. Nicolas, le père Noël, la Bèfane, les Mages ; sous le regard bienveillant des Dieux nous nous disons « Bonne Année ».

 

 Janvier 2010, j’ai ouvert un nouveau carnet de voyage. Le rituel des fêtes de fin d’année est terminé. Adieu solstice d’hiver, adieu nativité, place au roi cadeaux, place aux fêtes païennes de la consommation ! Et après, comme chaque année ; tout solder !

 Les ‘mots traces’ chaque jour je continue à les cueillir. Et ce matin, installé face au Pont Neuf sur la rive droite de la Garonne, au Bar ‘Le Filochard’, les mains cernant une tasse de chocolat chaud, je les cherche parmi les titres de la presse des premiers jours de l’année. Il y a les répétitifs qui font écho au panneau électronique de la ‘Salle des pas perdus : « La grippe H1 N1, les stocks restants seront revendus » et l’éternelle question « Que veut dire être français ?» qui ne cesse de s’enliser et réapparaître. Mais je remarque deux reportages sur les émeutes raciales contre des journaliers africains lors de la cueillette des mandarines au sud de l’Italie les 7 et 8 janvier 2010, en Europe.

   Le 7 janvier 2010, à Rosarno, en Calabre, des bulldozers ont effacé jusqu’à la trace des immigrés. Des tirs contre des journaliers agricoles togolais ont dégénéré en émeutes dans la petite ville italienne.

   Emeutes racistes en Calabre : une piste mafieuse à l’étude. Après l’agression contre des journaliers immigrés, la Ndrangheta serait mise en cause pour avoir voulu influencer les prix agricoles.

Concrètement effacées par des bulldozers, ces traces acérées sans enveloppe poétique, fond rentrer en moi la réalité de femmes et d’hommes transformés en marchandises pour être soldés.

 

Va, emprunte le sentier …

Pour cela, je me hisse au dessus du parapet arrondi qui longe les quais de la Daurade et de Tounis pour les prolonger sur chaque côté du pont. En équilibre je me déplace imperceptiblement pour que mon point de vue se mette à bouger.

A la droite du Pont Neuf, le pont Saint Pierre, à sa gauche le pont Saint Michel, le Pont Neuf est le plus ancien. Solidement encré sur le fond caillouteux du fleuve, avec ses 7 arches et son dos légèrement voûté, arqué, bouté, il assure le passage vers la rive gauche, vers l’ancien octroi de la Gascogne, pays de la légende des Mousquetaires.

Toujours perché sur le parapet, j’entends ce que les mots me disent et que les yeux ne voient pas. Il y a entre Saint Pierre qui tient les clés du Paradis et Saint Michel l’Archange de l’annonce faite à Marie, un passage au nom laïc de Pont Neuf. Il abouti rue de la République ! Aujourd’hui, l’ouverture de boutiques aux couleurs et noms  d’Afrique et  d’Asie parmi les anciens commerces et artisanat, égaye la République.

 

Delà, je vous adresse cette courte nouvelle en construction.

   Il est huit heures. Encore ensommeillée, Laya se glisse dans son bleue-jeans.

L’effleurement de cette grosse toile adoucie par de nombreux usages, l’éveille telle une caresse.

   Le temps complice promet une journée ensoleillée.

   Elle aime la couleur bleue de ce banal pantalon, né de différents pays, devenu symbole d’une jeunesse sans frontière.

   Elle choisit ses petites chaussures blanches, ballerines légères pour les danses urbaines.

   Elle les nomme « Mes Pumas ».

   Elle se love dans son chandail de fine étoffe rouge éclatant, trait d’union entre la fierté de ses jeunes seins et la force de ses vingt ans.

   Ses ancêtres Peules, bergers nomades des pays du Sahara, du Sénégal et du Mali lui ont offert son élégante silhouette, ses fines nattes noires ébène, sa peau ombre et soleil, et ses ancêtres occitans lui ont offert l’accent des beautés d’ici.

   Parisienne pour quelque temps elle est heureuse d’accueillir sa mère. Une grande dame dont  la douceur de son visage dit son âge avancé et le regard reflète la sagesse de ceux qui savent tous les noms que les hommes donnent aux Dieux.

   Ce 8 mai 2010 la Nation a fêté comme chaque l’armistice. Flotte encore le jour suivant sous l’Arc de Triomphe, le drapeau tricolore pour une commémoration timide et discrète de l’abolition de l’esclavage.

   Laya et sa mère ne portent pas d’attention aux noms militaires des rue qu’elles viennent de traverser : Grande Armée, De Gaulle, Kléber, Foch, elles savent ce que sont les guerres et le colonialisme.

   Sur le trottoir un saltimbanque au nez rouge chante, moqueur « La paix c’est bon pour les mazettes, les mères, les femmes et les sœurs. Bougres d’andouilles que vous êtes. L’homme est né pour faire la guerre et ceux qui ne sont pas contents ont juste le droit de se taire à droite, alignement : Autant… » Un touriste cherche le bon angle pour une photo de l’Arc de triomphe, un autre met une pièce dans le chapeau de l’artiste. Les deux femmes se sourient.

 

Laya, femme d’Afrique, femme d’ici,

Beauté de l’humanité de tout temps métissée

  Laya, symbole de la République,

  Aux frontons des écoles et des mairies,

  Nous sculptons la Marianne d’aujourd’hui !

 

En première page du carnet de voyages est écrit de René Char :

« La lucidité est la blessure la plus rapprochée du soleil ».

 

 

 

ecriture-detailj7-copie.jpg
Marcel Bruyère

Repost 0
Published by La Chaufferie de langue - dans sentiers d'écriture
commenter cet article
22 janvier 2010 5 22 /01 /janvier /2010 12:57

 sentiers copie


retrouvez la mise en page originale
de Jean-Jacques M'U sur Calaméo

   Sentier Jolimont- MU01 copie-copie-1
 Sentier Jolimont- MU05 copie-copie-1
 Sentier Jolimont- MU06 copie-copie-1
 Sentier Jolimont- MU07 copie-copie-1
 Sentier Jolimont- MU08 copie-copie-1
 Sentier Jolimont- MU09 copie-copie-1
 Sentier Jolimont- MU10 copie-copie-1
 Sentier Jolimont- MU11 copie
 Sentier Jolimont- MU12 copie
 Sentier Jolimont- MU13 copie
 Sentier Jolimont- MU14 copie
 Sentier Jolimont- MU15 copie
 Sentier Jolimont- MU16 copie
 Sentier Jolimont- MU17 copie
 Sentier Jolimont- MU18 copie
 Sentier Jolimont- MU19 copie
 Sentier Jolimont- MU20 copie
 Sentier Jolimont- MU21 copie
 Sentier Jolimont- MU22 copie
 Sentier Jolimont- MU23 copie
 Sentier Jolimont- MU24 copie
 Sentier Jolimont- MU25 copie
 Sentier Jolimont- MU26 copie
 Sentier Jolimont- MU27 copie
 Sentier Jolimont- MU28 copie
 Sentier Jolimont- MU29 copie
 Sentier Jolimont- MU30 copie
 Sentier Jolimont- MU31 copie
 Sentier Jolimont- MU32 copie
 Sentier Jolimont- MU33 copie
 Sentier Jolimont- MU34 copie
 Sentier Jolimont- MU35 copie
 Sentier Jolimont- MU36 copie
 Sentier Jolimont- MU37 copie
 Sentier Jolimont- MU38 copie
 Sentier Jolimont- MU39 copie
 Sentier Jolimont- MU40 copie
 Sentier Jolimont- MU41 copie
 Sentier Jolimont- MU42 copie
 Sentier Jolimont- MU43 copie
 Sentier Jolimont- MU44 copie
 Sentier Jolimont- MU45 copie
 Sentier Jolimont- MU46 copie

Jean-Jacques M'U

Repost 0
Published by La Chaufferie de langue - dans sentiers d'écriture
commenter cet article
18 janvier 2010 1 18 /01 /janvier /2010 11:03
 


Une
je reviens deux ce matin trois dimanche quatre métro cinq des carmes six revoir

sept l’œuvre huit Marcheschi neuf origine corse dix mon père onze la coulure

douze se déroule treize le long du quatorze ruban d’argent quinze points de croix

seize sur pages dix sept cirées dix huit ombres dix neuf et lumières

vingt dans la voûte vingt et une plat, 2 pas vingt deux se déposent vingt trois course parallèle

vingt quatre regards vingt cinq miroirs vingt six devant moi vingt sept encre

vingt huit d’écrits vingt neuf éclabousse le trente carnet trente et une derrière moi

trente deux matière trente trois matériau trente quatre langage trente cinq d’obsessions

trente six rien trente sept rien trente huit passage trente neuf en force  quarante course

quarante et une je vois quarante deux surgir quarante trois le quarante quatre barrage

quarante cinq bleu marine.

 

 

ecriture detail18
Françoise Forcioli

Repost 0
Published by La Chaufferie de langue - dans sentiers d'écriture
commenter cet article
18 janvier 2010 1 18 /01 /janvier /2010 10:54
 


Salle des pas perdus les corps filent

entravés de paquets, de sacs de valises.

Les pas se faufilent dans l’attente

glissent, se pressent, hésitent.

 

Où courrez-vous ?

Retrouveras-tu celui celle ?

Et toi petite fille serrant ton petit sac…

Patiente petite fille,

bientôt tu lâcheras la main qui te tire.

 

Dans la salle des attentes

tu attends et tu dors.

Ta tête repose sur ton sac.

L’oreiller éphémère de grosse toile rêche

Est-il ton accessoire de voyage

ou ce qu’il reste de ta maison ?

 

Tu guettes sous le panneau

que s’affiche ta destination.

Quelle voie, quel quai ?

Au bout de ta main, ton billet.

C’est l’heure, j’entends le clic de la machine.

L’escalator avale ta silhouette

Déjà tu entres dans l’espace de l’ombre.

 

Un monde va

un autre reste à quai.

Un monde s’éparpille
s’agite sagement dans la lenteur du dimanche.

ecriture detail18
Françoise Forcioli

Repost 0
Published by La Chaufferie de langue - dans sentiers d'écriture
commenter cet article
18 janvier 2010 1 18 /01 /janvier /2010 10:48
sentier d'ecriture Jolimont5-1


La mouche de la poésie vient d’entrer dans l’hôtel. Elle prend ses aises, s’invite aux premières loges. Elle bourdonne d’immensités et se plante devant l’immense baie. Elle monte aux carreaux et s’y colle. Les carreaux sont au nombre de 84. Elle a donc 84 possibilités de découvrir 84 points de vues des quais de la Daurade.

Que penses-tu de ça la mouche ? Te saisiras-tu de ta supériorité ?

Bah, la voilà qui glisse sur la rampe de fer froid, s’immobilise sur la grosse poignée de cuivre, repart gratter un mur de briques et s’en va miroiter aux vitraux du soupirail.

Soupir ! De l’hôtel Dieu je n’ai vu que la mouche.
Et la poésie ? Ah la poésie, c’est une autre paire de… mouches.

ecriture detail18
Françoise Forcioli

Repost 0
Published by La Chaufferie de langue - dans sentiers d'écriture
commenter cet article
12 janvier 2010 2 12 /01 /janvier /2010 11:58

sentiers copie 
pour un confort de lecture amélioré, retrouvez la mise en page originale de Taïga Martin sur Calameo

Sentiers ecriture 14nov2009 48 copie
Sentiers ecriture 14nov2009 47 copie 
Sentiers ecriture 14nov2009 46 copie 
Sentiers ecriture 14nov2009 45 copie 
Sentiers ecriture 14nov2009 44 copie 
Sentiers ecriture 14nov2009 43 copie 
Sentiers ecriture 14nov2009 42 copie 
Sentiers ecriture 14nov2009 41 copie 

Taïga Martin
Repost 0
Published by La Chaufferie de langue - dans sentiers d'écriture
commenter cet article
5 janvier 2010 2 05 /01 /janvier /2010 22:53
 
sentier d'ecriture Jolimont

 

 

Empreintes de feuilles mortes sur le sol parsèment un trottoir plongeant sur la gare. Petites rues habitées de maisons anciennes rénovées où les arbres remplacent les panneaux publicitaires. Et soudain « Rue 1814 » . Variation de pins, bambous et palmiers. Arquitectura Moderna. Puis la gare, point culminant, d'agitation et de mouvement de notre ville rose de pollution ... 10h33 , indique l'horlogissime de Cendrillon.

 

« Tatatala ! » musical. Un homme dort sur un banc quand le danger rode, alors il était là tu vois et tout ... Tu veux que je t'achète une bouteille de coca ? Croque le monde ! Avec une bouteille d'eau ? Alors ça fera 4 euros 50 s'il-vous-plaît. Bonnes Fêtes à toutes les pâtes du moment ! Madame vous êtes servie ? Là oui oui je suis venue en train ... Moi je fais de la peinture, ça se rapproche un peu de l'écriture aussi. La réserve africaine du train n°3630 est prête à partir, et une petite fille dort sur les genoux de son papa fraîchement moulu. L'espace régional de Max et les Maximonstres va mettre en place un espace « Coiffures Du Monde » .

 

 

Incandescence de cette obscurité poétique agrémentée de calques de couleurs de source inconnue. Voie lactée de mots incontrolés comprimée par les bruits de pas et de la mécanique vrombissante de l'activité sans relâche des escalators métroïques. Vague de sentiments  méconnaissables soulevés par le ronronnement machiavélique des

machines en furie. Plafond bas du rouleau océanique-astral de cet infini de lettres bouillassées par la langue brûlante des flammes féminines flambantes de cette inspiration insensée immobile.

 

 

En me penchant légèrement, j'aperçois dans l'eau un regroupement de feuilles mortes cheminant le long de la berge, navigant au gré du courant. Le soleil me pique les yeux, éclaircissant les nuages et le ciel, adoucissant cette agréable journée d'hiver. Orientant mon point de vue vers les balises colorées qui pointillent la Garonne, des cormorans montent la garde et déploient parfois leurs ailes tel des dragons d'eau douce. Les mouettes surplombent la carapace scintillante de la carcasse du fleuve enfouit dans son nid de l'ombre de leurs ailes, avant de se poser légèrement et de continuer paisiblement ...

 

L'empêchement qu'a mon inspiration timide devant cette feuille blanche.

 

 

ecriture-detailj6-copie.jpg
Alice

Repost 0
Published by La Chaufferie de langue - dans sentiers d'écriture
commenter cet article
4 janvier 2010 1 04 /01 /janvier /2010 08:53
 

 

Vent du « Pôle Emploi » sur la face

Nuages en suspens

Vent évanoui.

Rue 1814 Napoléon es-tu ?

Moche moche légo moderne

Courbé l’homme sur le trottoir en béton.

 

 

 

Petites histoires – Recollez le monde éparpillé

 

ACCÈS AUX TRAINS

Une bougie pour bouger le Monde

Réserve africaine

Mesdames Messieurs ne traversez pas les voies

Plus vous rechargez – Plus vous gagnez –

« Va lui dire de se lever ».

Je crois en toi.

Hall d’arrivée

Distributeur de bons plans

Entretemps /  sucré salé

Tagliatelles à la bolognaise

« Vous écrivez ? parce-que moi je peinds ça se perd les jeunes ne lâchent pas l’ordinateur

il y a la grève des musées non ? c’est dur d’écrire hein ? vous avez fait un livre ?

tout doucement c’est arrivé ça a bien marché pour eux ; l’un faisait la cuisine et l’autre il écrivait  nous on fait plutôt du téléphone »

 

 

 

 

MONTAGNE HALOGÈNE

ABÎME MIROIR

LES ÂMES SUICIDAIRES SE CRIENT DANS LEUR LUMIÈRE

PETITES CROIX ÉPARSES

GARDIENNES DE L’OUBLI

LES ANGES NOIRS SE MARRENT TIENNENT LE VENTRE DU MONDE

ELLYPSES MÉTÉORITES

ASPIRATION MACHINERIES À LAVER

PASSAGES ESCALATORS PURGATOIRES

 

MER ABSOLUE MÉMOIRE

JE NAGE DANS TES VEINES

 M’ESSOUFLE DE TA VAGUE

DANS L’IMMOBILE DU MONDE

 


 

Blancheur d’hiver tu frappes

Dans l’air de la pierre et du corps.

Adolescence courbée à l’œuvre

Cris de mouettes suspendues

L’Espagne à ta porte

Horizon du regard

Je m’interroge à la source

Source du plein

Le fleuve en dessous résonne aux palpitations

Vent dans les ailes

Et chevelures immobiles

Musique échouée doucement martelée au rythme inventé.

L’eau de l’eau en flots en vaguelettes

Au loin à l’horizon.

  

Tu résonnes la pierre et chuchote tout haut

Les fêlures et empreintes fossilées dans ta chair.

Le présent te révèle absence digne

Au mouvement initié vers la lumière

Alors surgissent les anciennes présences en drapés,

Caressant la pierre ou les chairs-peau-ambre-satin

Encore à mon oreille chuchote le vivant emmuré.

 

Que le piquant du talon cesse à t’épuiser la pierre

Si docilement ciselée endormie.

Abondance des prières.

 

 

  

 

L’EMPÊCHEMENT

 

Vénus échappée de ta naissance

A l’orée des boutons des fleurs et des larmes

Devant toujours devant

Vers où vers quoi

Petite mort

Jardin des mystères.

Vide est la coquille Vénus t’a-t-elle quitté

O future compostelle

Des siècles à venir

Devant toujours devant

Comprendre à quoi bon

Tu deviens ils deviennent je deviens

L’exil de la pensée

Trois p’tits tours et puis s’en vont

Béatrice Arias

Repost 0
Published by La Chaufferie de langue - dans sentiers d'écriture
commenter cet article