Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 décembre 2009 2 15 /12 /décembre /2009 14:19
sentier d'ecriture StCyprien14


A
ssise côté soleil de la Place du Marché, à distance raisonnée du Sans abri et de sa bouteille de Rosé. Son visage tuméfié. Il est « moins dix »

 

Bateau, là sur la photo. Je suis sur le pont, nous croisons le phare de la Dalbade, cap sur l’île de Tounis.

 

Caniche : sa maîtresse lui a mis son manteau écossais pour aller au marché. Tous deux sortent de chez le coiffeur, le poil blanc et frisé.

 

Derrière les dômes d’épices des pays chauds, bien obligé de frotter ses mains pour les réchauffer !

 

Exil, c’est quand on est expulsé ou quand on est accueilli ?

 

Fleuve : le lieu, le lien, le liant d’une journée ensemble.

 

Geneviève Rojtman :06 33 45 39 10

Sentier d’écriture. 9h45 métro St Cyprien. Sortie Pont St Pierre.

 

Huîtres de « Chez Ginette », la mer sur un plateau. L’air prend un goût de sel.

 

Itinéraire, cheminement, traversée, passerelle.

 
« Je vais t’amener à voir, toucher peut être, sentir ce que je vis moi-même… », déchiffré sur la voûte du métro des Carmes.

 

Klaxon et sirènes des ambulances ; choisir son filtre intérieur ; vivre des instants de bruits et de silences, d’ombres et de lumières, de froid et de tiède…( depuis le Quai de l’Exil)

 

Le coude de la Garonne, face au Bazacle, » le petit gué », les îlots sur le fleuve, où des arbres ont choisi de pousser.

 

Marché St Cyprien, voyage à travers les espaces multisensoriels, le temps nécessaire à notre plume pour se dégourdir, et au soleil pour s’étendre sur la place.

 

Noël, les guirlandes de lumière accrochent les rues entre elles. Les enfants dessinent des étoiles ; les chants s’élèvent dans le chœur des églises.

 

Odeur de cuisine chez la bonne du curé. Au centre de la cour du presbytère, le palmier se décharne avec la tristesse d’un Christ crucifié. Les fientes des pigeons recouvrent la pierre tombale de Jean Balette, 1752. A l’intérieur, des enfants dessinent des étoiles.

 


Ponts , passerelles, construire des liens entre deux rives, pour ne pas tomber dans les vides.

 

«- Qu’est ce que c’est bon ! Je n’arrête pas de manger !

« -Bah ! c’est l’hiver qui fait ça ; Six euros vingte trois s’il vous plaît ! »

 

Répétition des chants de Noël dans le chœur de St Nicolas. Au signal, tous les enfants dressent leurs étoiles vers le ciel.

 

Sentier d’écriture, sentier de navigation. Aujourd’hui, Toulouse est un port.

 
T
ableaux de couleurs, bouquets de fruits, grenades, kakis, mangues ,coings, kiwis…

 

Un espace  "entre"… Entre deux hôpitaux, entre deux rives, entre deux ponts. Ouverture d’une vue sublime sur l’autre quai .

 

« Vingt minutes d’écriture dans la résonance de cet espace »

 

Watercloset : étape technique du Musée des Abattoirs ; L’éléphant n’est pas abattu pour autant, il fait la pirouette autour de sa trompe.

 

X, vers les dernières lettre de l’alphabet. Départ pour une autre communication ; Au-delà des mots.

 

Yeux, les nôtres, collés sur la voie lactée du métro des Carmes, à la recherche de rares notes déchiffrables.

 

Zigzag à travers les ruelles, l’Estrapade, la Réclusane…, s’enfoncer dans les replis intimes de St Cyprien.



sentier d'ecriture StCyprien1
.

ecriture-detail13.jpg
Florence

Partager cet article
Repost0

commentaires